Politique : Une nouvelle coalition créée en Guinée

En prélude à l’élection présidentielle prévue le 18 octobre 2020, des partis politiques de la mouvance comme de l’opposition s’activent sur le terrain. C’est dans ce cadre que ce samedi 25 juillet 2020, une nouvelle coalition dénommée l’Union Nationale pour l’Alternance Démocratique (UNAD) a été créée, elle regroupe entre autres : l’union guinéenne pour la démocratie et le développement (UDD), l’union pour le progrès de la Guinée (UPG), la Troisième Dynamique de la Guinée 2020, le Mouvement Populaire pour le Changement, l’union nationale pour la prospérité (UNP), l’union démocratique pour le renouveau et le progrès (UDPR), la plateforme guinéenne de l’unité (PGU) etc.

Cette coalition a pour devise, « Notre Union, Notre Force » et comme slogan : « Ensemble pour une Gouvernance vertueuse ». 

Selon le coordinateur de ladite coalition, Dr Alpha Mady Soumah la mise en place de leur coalition fait suite à une rétrospective de la situation socio politique de la Guinée ces dernières années face cette situation ‘’complexe’’ : « il est bon de prendre du recul, d’analyser notre passé, notre model d’union à travers le monde et de réfléchir scientifiquement en matière de théorie d’organisation, pour proposer à nos compatriotes du nouveau en termes d’organisation politiques, un personnel adapter à la biodiversité guinéenne, aux besoins d’alternance politique interne à la tête de nos organisations, de mutualisation des ressources ainsi que des critères et mode rationnel de choix de nos compatriotes, désirants ou appeler à concourir politiquement sur le plan national et local avec une marge d’erreur etc. C’est donc cette solution innovante, et cette conception nouvelle que nous voulons présenter à nos compatriotes guinéens » a-t-il déclaré.

Pour sa part, le secrétaire général de la coalition, Keamou Bogola HABA a déploré du fait que la Guinée « n’a pas réussi à résoudre le problème de l’alternance depuis 1958 » et soit aussi un des pays ou le risque d’instabilité est très élevé « pour manque d’organisation politique, de la gouvernance politique et d’union nationale », a  t il énuméré.

Cette nouvelle coalition promet de présenter un candidat unique à la prochaine élection présidentielle du 18 octobre prochain. Mais avec des conditions, notamment l’assainissement du fichier électoral par la CENI, le retrait du président de la République, Pr Alpha Condé dans la course.

Oumar M’Böh

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
21 − 1 =