Etats-Unis : Biden officiellement investi par les démocrates comme candidat à la présidence

La candidature de Joe Biden a été officiellement confirmée par un vote par appel nominal virtuel lors de la deuxième soirée de la Convention nationale démocrate.

Après un vote virtuel par appel nominal, qui contrastait avec le rituel animé des délégués criant les numéros de leur État dans une grande salle, Joe Biden a été officiellement investi comme candidat démocrate à la présidence des États-Unis lors de la deuxième journée de la Convention démocrate.

“Merci à tous. Cela représente beaucoup pour moi et ma famille, et je vous donne rendez-vous à jeudi”, a déclaré Joe Biden depuis l’école du Delaware où sa femme, Jill, a prononcé son discours mardi soir.

Dans son discours à la convention, Jill Biden a apporté une touche personnelle à la soirée, en témoignant du caractère de son mari. Elle a fait l’éloge du courage de Biden qui a continué à travailler après la perte de leur fils, Beau.

“Quatre jours après l’enterrement de Beau, j’ai vu Joe se raser et mettre son costume. Je l’ai vu s’enhardir devant le miroir, prendre une respiration, remettre ses épaules en place et sortir dans un monde où notre fils ne se trouvait plus. Il est retourné au travail. Voilà qui il est”, a-t-elle déclaré.

Le deuxième jour de la convention a démarré avec une série d’interventions de personnalités démocrates, dont l’ancien président Bill Clinton et la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, qui est intervenue pour dénoncer la gestion de l’épidémie de coronavirus, l’injustice raciale et le déni du changement climatique du président Donald Trump.

L’ancien président Clinton a prononcé un bref discours, enregistré à l’avance, dans lequel il a fustigé la manière dont Trump avait géré la pandémie.

“Comment Donald Trump a-t-il réagi ? Au début, il a dit que le virus était sous contrôle et qu’il allait bientôt disparaître. Quand ce ne fut pas le cas, il apparaissait à la télévision tous les jours, se vantant de l’excellent travail qu’il faisait, tandis que les scientifiques étaient impatients de nous donner des informations vitales. Lorsqu’il n’aimait pas les conseils des experts, il les ignorait”, a déclaré Bill Clinton.

Et d’ajouter : “Ce n’est que lorsque la COVID s’est propagée dans encore plus d’États qu’il a encouragé les gens à porter des masques. Entre-temps, beaucoup d’autres personnes sont mortes. Lorsqu’on l’a interrogé sur l’augmentation des décès, il a haussé les épaules et a dit : ” Les choses sont ce qu’elles sont “. Mais fallait-il qu’il en soit ainsi ? Non. La COVID nous a affectés beaucoup plus durement qu’elle ne l’aurait dû”.

Clinton a ensuite souligné que les États-Unis étaient la seule grande économie industrielle à avoir vu son taux de chômage tripler depuis le début de la pandémie de coronavirus.

Lors de cette convention, de nombreux républicains, dont l’ancien secrétaire d’État Colin Powell, ont évoqué les raisons pour lesquelles ils pensent que le pays devrait accorder son soutien à Biden.

“Joe Biden sera un président que nous serons tous fiers de saluer”, a-t-il déclaré lors d’un message vidéo. “Avec Joe Biden à la Maison Blanche, vous ne mettrez jamais en doute le fait qu’il se tiendra aux côtés de nos amis et qu’il s’opposera à nos adversaires – et non l’inverse”, a déclaré Powell.

Sally Yates, ancienne procureur général par intérim au sein de l’administration Trump, qui a été licenciée après avoir refusé d’appliquer l’interdiction de voyager imposée par Trump à un groupe de nations à majorité musulmane, a également fustigé Trump.

“Ce fut le début de sa violente attaque contre les institutions démocratiques (du pays) et contre d’innombrables fonctionnaires dévoués”, a-t-elle déclaré.

Le discours d’ouverture de mardi soir a été prononcé par 17 membres de la nouvelle génération du parti, dont la représentante démocrate de Géorgie, Stacey Abrams, ainsi que des dirigeants locaux comme le représentant républicain de l’État de Pennsylvanie, Malcolm Kenyatta, le sénateur de l’État de Caroline du Sud, Marlon Kimpson, et la sénatrice de l’État du Nevada, Yvanna Cancela.

Joe Biden devrait accepter cette investiture lors d’un discours qu’il prononcera jeudi.

Anadolu/Lavoixdupeuple.info 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
29 + 24 =