Que Mamadou Sylla arrête de rêver (Tribune)

Le concept du Gouverner Autrement qui s’inscrit en droite ligne avec l’ambition présidentielle en ce qui concerne le partage (juste et équitable) de la prospérité n’est point un simple slogan. Il doit et va se resentir à tous les niveaux pour renforcer la gouvernance et le bien-être Collectif. Si Mamadou Sylla pense pouvoir amasser autant de richesse lui seul comme à l’ère Conté cette fois-ci via le poste de chef de file de l’opposition, je puis lui dire dès maintenant de se réveiller de son sommeil car il va taper poteau.
On entend pas faire encaisser par un seul personnage politique aussi influent soit-il la gigantesque somme de 500.000 000 gnf par mois comme s’il était le seul à animer la vie politique nationale. Nous devons faire en sorte que chaque parti fut-il de l’opposition ou de la majorité présidentielle soit encouragé pour ses efforts à faire tourner la machine démocratique par sa participation dans les règles de l’art à la vie politique nationale et à l’émancipation politique des populations qui se traduit souvent par l’adhésion de celles-ci aux idées que chaque parti véhicule. Mais comme le meilleur instrument d’appréciation de l’adhésion des populations aux idées d’un parti politique reste les élections, il est alors convenable de récompenser les partis au prorata du nombre de députés qu’il ont à l’assemblée nationale.
C’est pourquoi, au lieu de donner à un seul parti politique 500.000 000 gnf millions par mois, je pense qu’il est plus judicieux de multiplier cette somme par 12 (mois de l’année) et la diviser par 114 (le nombre de députés à l’Assemblée nationale). Ça fait environ 52.000.000 par an par député à verser à son parti d’origine. Le terme parti d’origine à tout son sens. Car il y’a des députés élus sur la base des alliances. Faudrait pas que le Parti sous les couleurs de qui un député est élu sur la base d’une alliance empoche cette somme. C’est pour encourager les partis qui participent à la vie politique nationale à travers leur participation aux élections (législatives surtout pour faciliter les choses) et non un trophée pour les couleurs présentent à l’assemblée nationale.
À mon Avis, ce serait ça la bonne approche pour encourager ceux qui participent à la vie politique nationale dans le respect des règles démocratiques. Pour revenir au poste de chef de file de l’opposition, si ça ne tenait qu’à moi, on devrait la supprimer car ça n’a aucune valeur ajoutée. On doit sortir du mimétisme institutionnel.

Honorable, Tokpa Jean Victoire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
4 ⁄ 2 =